Qui est i ?

Avec Isa, on a comparé i à Flash MacQueen. Qui est Flash ? C’est une voiture. Une jeune championne déjà au sommet de son sport. Elle est talentueuse mais son caractère de cochon la pousse à se fâcher avec tout le monde. Elle n’a pas d’ami. Son but : gagner la Piston Cup. Les choses sont claires dès le début.

On se dit qu’il nous fallait faire le même travail sur i sans pour autant tomber dans la caricature. Qui est i ? C’est une lettre. Une lettre qui n’a jamais été lue. C’est une jeunette. C’est un peu la bonne élève qui cherche faire tout comme il faut pour qu’elle ne soit pas emmerdée par les autres lettres. Une conformiste. Son but : être enfin lue.

Si on compare i à un humain, c’est une écolière qui aime l’école. Elle va se retrouver avec des fugueurs et n’aura pour seul désir que de retrouver sa place. On lui a juré que si elle travaillait bien, elle aurait plus tard un bon travail et gagnerait bien ça vie. Elle s’accroche à ce rêve.

Flash découvrira l’amitié et la compassion. i découvrira la liberté et en deviendra un défenseur. Sa volonté de se conformer aux règles le poussera à s’adapter au nouveau monde et à chercher à le comprendre. Ce qui était un trait peu sexy deviendra sa force.

La quête de i, retrouver sa famille, le pousse à ne s’intéresser qu’à ce qui va dans son sens. Il néglige le reste. Il est surtout impatient (et n’écoute pas toujours). Il est pressé de rentrer chez lui et de retrouver sa case douillette.

En plus d’être polyglotte comme toutes les lettres, i a le don de voir les détails, de les interpréter logiquement et de leur chercher une cohérence. Ce don se manifeste souvent de manière hasardeuse. Il ne le canalise pas.

i dispose de toutes les connaissances que lui a transmises le moine qui a écrit le manuscrit. A priori le manuscrit a environ mille ans. Mais i est très intelligent, et cette intelligence associé au polyglottisme, l’aide à comprendre les mots postérieurs à son temps. J’essaie de préférence d’utiliser des mots qu’il maîtrise, surtout quand il pense, mais je ne vais pas pour autant écrire le texte en latin.

Pour expliquer la relative familiarité de i avec le langage contemporain, j’ai imaginé la possibilité de communier avec un champ informationnel. J’ai tendance à rejeter cette idée car i pourrait aussi acquérir des connaissances informatiques. L’idée reste en germe mais je ne sais pas si je la développerai.

Quelle est la logique d’une information pensante ? Quelle est sa vitesse ? Ça n’a aucun sens. Ainsi alors qu’il se déplace à la vitesse de la lumière i peut continuer à penser et même discuter avec ses amis. Il n’agit pas dans notre monde. i n’a aucun sens. C’est une entité improbable. Il est une absurdité.

D’autre part, c’est moi qui raconte l’histoire, avec mes mots. Je peux utiliser les mots d’aujourd’hui et les concepts d’aujourd’hui du moment que les 9-12 les captent à peu près. Ce n’est que quand je suis à l’intérieur de i que je dois veiller à ne lui faire utiliser que les idées de son temps ou celles déjà introduites dans l’histoire.