Chapitre 88

Ne pas me retourner. Ignorer ma trace dans la neige souple. Rejoindre le chemin emprunté par les skieurs de fond.

Extase avait échappé à la ruche du mont Salève. Elle craignait maintenant les dards des guêpes assassines. Oui des guêpes et des frelons.

La piste la guida jusqu’à la station du téléphérique, en surplomb de la frontière franco-suisse et de Genève.

Des parapentistes tournoyaient dans le ciel, profitant des thermiques de l’après-midi, attirés vers le bleu et le soleil.

Le car régie n’avait pas bougé. Extase grimpa au volant, s’apprêta à fuir. Elle n’avait plus son téléphone pour démarrer.

Elle pouvait se débrouiller en manuel, mais elle songea à DS. La vieille femme n’était soumise à aucun ordre aussi supérieur que fantasque.

Elle avait lutté pour le revenu de vie, pour libérer tous les hommes et toutes les femmes en leur donnant le pouvoir de dire non.

Surveillée par les guêpes du Salève, elle n’avait pas pu donner l’alerte. Prévenir les véritables Freemen.

Jason savait-il qu’il avait été trahi une seconde fois ? Ou depuis longtemps ne faisait-il même plus confiance aux membres de sa communauté ?

Extase s’énerva. Jason ne se serait jamais laissé enfermer dans une utopie. Il avait fui le Salève, c’était une évidence.

S’il était en dissidence, pourquoi les guêpes attendaient-elles encore un signal qu’il devait envoyer depuis le grand Nord ?

Les Croisés. Une trahison dans leur camp cette fois. L’alliance des idéalistes des deux bords. À la poursuite de leur Dieu mythique.

Extase passa dans la partie technique du car régie. Les Freemen de la ruche n’avaient pas brouillé la fréquence qui alimentait DS.

— Vous m’entendez ?

— Ma petite. Enfin ! Je suis au milieu d’eux, maintenue dans une camisole numérique.

— J’ai réussi à fuir.

— Échappe-toi loin.

— Je ne peux pas vous laisser.

— Tu ne peux rien pour moi. Ils contrôlent le réseau.

— Vous disposez de notre connexion mobile pour vous sustenter, et puis, ils sont préoccupés, ils attendent le signal du Nord.

— Échappe-toi.

— Pas question. Jason n’est pas avec eux. Je viens de vérifier. Cette nuit, il a activé son processeur mais pas avec leur code.

— Que veux-tu dire ?

— J’ai compris pourquoi il m’a bricolé mon installation brestoise. C’est chez moi qu’il s’est branché.

— Que prépare-t-il ?

— Il se bat contre les Croisés et contre les Freemen, il se bat contre les idéalistes des deux bords.

Extase exprima son intuition :

— Severino et les légionnaires du Christ se sont alliés à la communauté du Salève.

— Ça n’a aucun sens.

— Au contraire.

Extase reprit son raisonnement. Pour les Freemen, chaque individu est libre, indépendant, sans chef….

Personne ne contrôle l’ensemble. Pour les Croisés, il faut contrôler, il ne faut pas abandonner l’humanité à elle-même et au chaos.

Une analogie. Les cellules ne contrôlent rien dans un organisme mais l’organisme lui-même se contrôle.

Les doctrines Freemen et Croisés se rejoignent. La liberté individuelle pour que se forme un superorganisme autonome et maître de sa destinée.

— Ils veulent absorber ceux qui l’accepteront, détruire ceux qui le refuseront, conclut Extase.

— Que pouvons-nous faire ?

— Leur montrer qu’un être humain n’est pas une cellule, il est déjà un superorganisme, l’humanité globale ne peut pas ressembler à une ruche.

Extase s’emportait.

— La conscience doit être locale et globale, l’une ne peut prévaloir sur l’autre sans que ce soit catastrophique.

— Coupons le réseau du Salève, proposa DS.

— Ils mourront tous.

— Tu crois qu’ils connaissent la pitié ? Ils sont déjà inhumains.

— Pas question.

— Alors, tu les pirates. Tu les infiltres. Tu les reprogrammes. Tu leur redonnes leur liberté. Tu les fais sortir regarder les Alpes.

DS souriait mentalement.

— Tu m’as sauvée, tu les sauveras.

Extase entendait l’espoir démesuré de la vieille femme.

Cette nécessité d’être connecté en continu au réseau. C’était le piège. Une erreur monumentale commise par les Freemen.

C’était comme si une fois qu’on avait un téléphone portable on ne pouvait plus s’en débarrasser sous peine de devenir fou.

Nous avons besoin de nous lier de point à point, de dialoguer, mais pas tous en même temps pour partager les mêmes idées.

Extase analysait les signaux qui circulaient entre DS et le car régie. La solution lui apparut évidente. Oui, elle allait sauver les Freemen.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *