Chapitre 90

À Rome, au milieu de l’hiver, par surprise, une brise du sud, réchauffée sur le sable du Sahara, peut procurer un avant-goût de saison estivale.

Les coupoles s’embrasent, la nuit refuse de s’abattre, les pigeons déboussolés révisent leurs roucoulements amoureux.

Severino avait ouvert la baie vitrée de son bureau, quitté l’atmosphère saturée de tabac, pour humer l’air au fond néanmoins humide.

Sous lui s’étendaient les pelouses du campus de Regnum Christi, l’école où il formait ses légionnaires du Christ.

À portée de la main, le Vatican s’offrait à lui, coquille trop vieillie pour que d’elle naisse le renouveau.

La bataille se jouait loin vers le Nord, dans une terre étrangère aux chrétiens, une terre dominée par les dieux de Walhalla.

L’intercom sonna. À la vibration exaspérante, Severino comprit qu’il s’agissait de cette sorcière de Monica.

Que voulait-elle encore ? Il regagna à regret son bureau tactile. La momie y jacassait seule. Elle parlait d’un sous-marin.

— Nastasia a débarqué à Longyearbyen ! cria Monica. Jason s’y trouve aussi. C’était ton plan. Tu les as laissés venir !

Severino avait envie de retourner dehors assister au coucher du soleil.

— Tu voulais qu’ils conduisent tes hommes au bunker ! l’accusa-t-elle.

Severino haussa les épaules.

— Tu crois que j’avais besoin d’un prétexte ? dit-il.

— Il est trop tard.

— Trop tard pourquoi ?

— Nous avons construit cette singularité pour étendre notre contrôle aux puissants qui résistaient encore à nos thèses. Tu le sais.

Il gonfla ses joues pour lui montrer qu’elle l’ennuyait, une liberté qu’il n’avait jamais prise avec elle.

— Fixe cette image, ordonna-t-il.

Il afficha un kaléidoscope sur l’écran.

— À quoi tu joues avec cette quincaillerie de bénitier ?

— Essaie donc de détourner le regard.

Elle ne bougea pas. Ses yeux s’agrandirent.

— J’attendais depuis longtemps ce moment, dit Severino.

Avec la dextérité d’un prestidigitateur, il manipulait l’image d’un tour de main, la transmutant en nouvelles figures pailletées.

— Pourquoi vieille pie crois-tu que je t’ai laissée faire avec tes amis ? J’ai un tout autre projet pour notre création extraordinaire.

Il leva les mains au ciel.

— Enfanter le cerveau de la communauté de Dieu.

— Tu es fou, éructa-t-elle.

— Tu dois avoir raison. Lève-toi.

Elle obéit. La caméra la recadra, dévoilant à l’arrière-plan un salon moderne, une large fenêtre qui donnait sur les nuages.

— Tu ne peux imaginer combien j’ai été heureux de te voir construire cette machine fragile à la technologie mal comprise.

Monica tentait de bouger, elle n’y arrivait pas, comme prise dans un bloc de plastique à peine déformable.

— La bâtir loin des interférences psychiques, loin des grandes villes, au bout du monde, mais dans une région hyper-connectée.

Il sourit.

— Vous n’aviez pas beaucoup de solutions, vous avez démontré votre volonté d’assumer votre rôle de potentat.

— Tu as besoin de nous.

Il balaya cette idée.

— Je suis tout aussi instruit en science que vous.

Il désigna le campus.

— J’emploie les cerveaux les plus brillants. Tu avais besoin de zombies pour nourrir ton monstre, j’ai des esprits pour s’unir à lui.

— Tu gâches tout, dit-elle.

— Tu voulais soumettre des hommes, squatter leur niveau de conscience, t’emparer à moindre coût de leurs qbits…

Il fit mine de la mordre.

— Tu imaginais que la vague s’étendrait au monde, que tu aurais une armée prête à répondre à tes ordres, à te servir, à satisfaire tes plaisir. Tu n’es qu’une égoïste.

Il grogna.

— Tu avais peur de Jason, j’en ai fait mon jouet. Reprogrammé, il va m’aider à établir la connexion avec mes serviteurs.

— Pourquoi tu me racontes tout ça ?

— Si je ne souffrais d’aucunes perversions, je ne t’aurais pas supportée toutes ces années.

— Tu veux me torturer ?

— Je veux te voir mourir de haine. Qu’elle t’étouffe.

Monica porta ses mains à son cou décharné.

Elle tituba.

— Marche jusqu’à la fenêtre. Ouvre-la.

Elle obéit.

— Adieu Monica. Tu as eu ton compte de vie. Saute, maintenant.

Elle n’avait plus assez de force. Elle se pencha sur le balcon, se pliant de part et d’autre comme un drap mouillé.

Puis sa tête entraîna le corps et le tout valdingua hors de portée de la caméra.

— Pour la gloire de Dieu.

Tu avais oublié ma chère une règle fondamentale. Quand tu contrôles, tu es contrôlé en retour. La synchronisation est réciproque.

Il pria. Ses mercenaires allaient prendre la place des victimes choisies par Monica.

— Pour des siècles et des siècles.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *